Analyse légionellose
et potabilité de l’eau

Deux scientifiques en tenue de protection prélevant des échantillons d'eau de la rivière.
Deux scientifiques en tenue de protection prélevant des échantillons d’eau de la rivière.

Détecter la bactérie responsable de la légionellose

Parmi les bactéries pouvant être présentes dans l’eau et présentant un risque pour la santé humaine, la Legionella, qui provoque la légionellose, est l’une des plus tristement connues. La légionellose est une infection respiratoire grave qui peut être contractée suite à une exposition à de l’eau contaminée par l’une des souches de la Legionella, appelée aussi communément légionelle.

Cette maladie, dont le temps d’incubation varie entre 2 et 10 jours, peut être mortelle car l’infection provoque une pneumonie chez les sujets touchés les plus sensibles. La légionellose entraîne de la fièvre et des difficultés respiratoires ainsi que des douleurs musculaires.

D’où l’importance de détecter la présence de la Legionnella dans les circuits d’eau pouvant l’abriter, de façon à prévenir efficacement le risque de légionellose.

Le cadre de développement de la bactérie responsable de la légionellose

On trouve les bactéries responsables de la légionellose, appelées légionelles, dans les milieux aqueux, à l’état naturel. Les légionelles se développent ainsi dans les eaux douces telles que les rivières, les étangs, les lacs, les marécages, les sols humides ainsi que dans les retenues d’eau stagnante artificielles comme les mares et bassins.

Par conséquent les installations d’eau courante peuvent être parfaitement favorables à une colonisation par les légionelles dès lors qu’elles présentent des conditions qui sont favorables à leur prolifération: il s’agit de l’état de stagnation de l’eau et d’une température tempérée, entre 25 et 45 °C.

La présence de certains nutriments dans l’eau permet à la légionelle de se multiplier et de rester en état d’activité, donc de dangerosité pour l’humain qui, exposé à cette bactérie, peut contracter la légionellose.

Le risque de contamination à la légionellose

La contamination à la légionellose se fait par voie respiratoire, par inhalation d’eau contaminée. À l’origine, cette maladie a été identifiée et baptisée ainsi car en 1976, des anciens combattants de la légion américaine ont été touchés massivement par la légionellose lors d’un congrès. Le système de climatisation de la salle où ils étaient réunis aurait été le vecteur de la bactérie en diffusant un air humide porteur de légionelles. La souche de la bactérie ayant causé cette épidémie de légionellose est la Legionella pneumophila. Trente personnes seraient alors décédées de la légionellose.

La légionellose n’est pas contagieuse entre les personnes, elle ne peut être contractée que par l’inhalation de gouttelettes d’eau porteuses de la légionelle mais, en présence de cette bactérie, de nombreuses personnes peuvent contracter la maladie simultanément..

Un traitement antibiotique peut permettre, dans la majorité des cas, de venir à bout de la légionellose mais, pour autant, cette maladie demeure une menace sanitaire importante.

Les facteurs de risques pouvant mener à la légionellose

Les circuits d’eau tiède et stagnante sont particulièrement propices au développement des Legionella pouvant provoquer une contamination de légionellose.

Ce risque est tout particulièrement sensible dans les établissements de santé, au niveau de leur alimentation en eau chaude. Ce sont donc ces points qu’il faut surveiller avec attention. AGROQUAL réalise les prélèvements et analyses permettant de détecter la présence de légionelle et d’éviter le risque sanitaire de légionellose.

En outre, AGROQUAL peut proposer un audit complet des procédés pour empêcher la prolifération de Legionella et former les équipes à une approche HACCP.

8 avenue du Pays de Caen
14460 Colombelles